David Keler-page75Music

L’histoire

commence avec des cours de piano classique et se poursuit sur scène à chanter ses propres chansons. David Keler est un auteur-compositeur-interprète qui parle d’amour, mais pas seulement… Sa voix est douce et intimiste, ses textes profonds et sensibles. Alors ouvrez grand vos oreilles et découvrez ici-même son univers poétique.

The story begins with classical piano lessons and continues on stage where David sings his own songs. David Keler is a French songwriter who sings about love, but not only… His voice is soft, while his lyrics hide deep feelings and a high sensibility. So open wide your ears and discover his poetic world, here on 75MUSIC.

visuel_def

 

 

 

 

 

 

 

C’EST FINI
Dis-moi ce que j’ai dit ce que j’ai fait de si cruel
Pour qu’aujourd’hui tu n’aies aucun regret
A te faire la belle

C’est fini
Sur ton visage aussi
Je ne sais plus quand tu es partie
Moi qui aimais tant ta folie

Tu t’es enfuie emportant nos secrets
-Belle échappée belle-
De ce roman qu’on écrivait
De lettres immortelles

C’est fini
Toutes nos promesses aussi
Chercher ton regard dans l’infini
Moi qui aimais tant ta folie

Je me souviens de ces ballades,
Le long de la plage, main dans la main,
Un peu de vent, mais pas trop…
C’était bien…
Je ne me souviens plus quand t’es partie
Même si tu ne m’aimes plus, je vis

C’est fini
Sur ton visage aussi
Je ne sais plus quand tu es partie
Même si je n’en dors plus la nuit
Que restera-t-il de nos envies
Juste un mirage…tant pis
C’est fini
Toi qui aimais tant ma folie

 

UN NOUVEAU JOUR

Nouveau regard
Un nouveau départ
Redevenir cet enfant
Avancer malgré le brouillard
Et redémarrer droit devant

Encore en vie
Toujours envie
De changer d’avis
De changer de vie
Faire comme si c’était la première
Chercher la page des enfantillages
Prendre le temps de tourner le vent
Comme un nouveau jour sur la Terre
Un nouveau jour sur la Terre

Changer d’air
Chasser les ressentiments
Pour une vie plus légère pourquoi
Attendre le dernier moment?
On n’est pas là sur Terre
Pour se faire la guerre
On n’a pas assez de temps
Pour se cogner l’Enfer
Sur la vie se casser les dents
Sur la vie se casser les dents

Encore en vie
Toujours envie
De changer d’avis
De changer de vie
Faire comme si c’était la première
Prendre le temps, comme avant,
Se laisser faire à chaque instant
Comme un nouveau jour sur la Terre
Comme un nouveau jour sur la Terre

Comme un nouveau jour sur la Terre
Ne plus craindre l’avenir
Ne plus avoir peur de repartir de rien

Nouveau regard
Un nouveau départ
Redevenir cet enfant
Avancer malgré le brouillard
Par tous les temps
Filer devant
Jamais trop tard pour un espoir
Et un nouveau jour sur la Terre
Un nouveau jour sur la Terre

Encore en vie
Toujours envie
De changer d’avis
De changer de vie
Faire comme si c’était la première
Chercher la page des enfantillages
Prendre le temps de tourner le vent
Comme un nouveau jour sur la Terre
Un nouveau jour sur la Terre
Encore en vie
Toujours envie
De changer d’avis
De changer de vie
Prendre le temps de tourner le vent
Comme un nouveau jour sur la Terre
Un nouveau jour sur la Terre

 

TES SABLES EMOUVANTS

Je connais une plage

Un endroit fascinant

Le plus beau de tous les paysages

Le long de tes sables émouvants

Souvent  la nuit je nage

Et file au gré du vent

Vers ton île et ses dunes sauvages

Car je sais que tu m’y attends…

 

Je veux percer

Le plus intime de tes secrets

Mais tu fais mine

De m’ignorer

Pour m’égarer

Pourtant tu aimes quand s’acheminent

Mes doigts de fée

 

Je connais une plage

Un endroit fascinant

Le plus beau de tous les paysages

Le long de tes sables émouvants

Souvent  la nuit je nage

Et file au gré du vent

Vers ton île et ses dunes sauvages

Car je sais que tu m’y attends…

 

Sur toi je glisse

Jusqu’aux abords du précipice

De tes pensées

Et si mon cœur

En toi se meurt

Dans tes méandres de silice

Je finirai

 

Je connais une plage

Un endroit fascinant

Le plus beau de tous les paysages

Le long de tes sables émouvants

Souvent  la nuit je nage

Et file au gré du vent

Vers ton île et ses dunes sauvages

Car je sais que tu m’y attends…

 

LES COULEURS DE LA VIE

Près du soleil se trouve une étincelle
Un éclat de Terre
Dans le bleu du ciel
Il y a des femmes, des fleurs et des rivières
Des millions d’oiseaux
Et des hommes sur l’eau
Sur le pont
D’un même bateau

D’Asie ou d’Orient
D’Est ou d’Occident
Mais quelle importance
De faire la différence?
Toutes les couleurs
Font partie de la vie
Elles colorent nos cœurs
Et nous sauvent du gris

Il y a les rires, les moments de bonheur
Mais aussi le pire, l’injustice et l’horreur
Plutôt que fuir il faut ouvrir son cœur
C’est peut-être l’heure de faire le premier pas
Faire un geste
Montrer la voie

D’Afrique ou d’Orient
D’Est ou d’Occident
Mais quelle importance
De faire la différence?
Toutes les couleurs
Colorent à l’infini

Le fond de nos cœurs
Et nous sauvent du gris

Poursuis tes rêves
Oublie ta différence
Et elle t’emmènera
Plus loin que tu n’le crois
Au-delà de l’espérance

D’Afrique ou d’Orient
D’Est ou d’Occident
Mais quelle importance
De faire la différence?
Toutes les couleurs
Colorent à l’infini

Le fond de nos cœurs
Et nous sauvent du gris

Toutes les couleurs
Nous sauveront la vie
Elles colorent nos cœurs
Et nous sauvent de l’ennui

 

PARTIR EN DEUXIEME

Ma mère me disait « rien n’est impossible »
Pour moi c’est vrai quand je vais bien
Mais aujourd’hui j’ai brûlé un fusible
C’est bien pénible, il n’en restait qu’un
Je vois venir le moment
Où je vais devoir me dire
Calmement et patiemment
Que je n’suis plus un enfant
Et que grandir, c’est charmant,
Que de surprises en avançant
En avançant…

Mais comment survivrai-je à tous ceux que j’aime ?
Et ne plus avoir peur de partir en deuxième… en deuxième
Mais comment survivrai-je à tous ceux que j’aime ?
Quand préférer la vie deviendra un problème… un problème

Mon père disait « ne sois pas trop fragile »
C’est inutile, ça n’sert à rien,
Je serai touché en plein dans le mille
Un crocodile, ni plus ni moins
Je vois venir le moment
Où je vais devoir me dire
Calmement et patiemment
Que je n’suis plus un enfant
Et que grandir, c’est charmant,
Que de surprises en avançant
En avançant

Mais comment survivrai-je à tous ceux que j’aime ?
Et ne plus avoir peur de partir en deuxième… en deuxième
Mais comment survivrai-je à tous ceux que j’aime ?
Quand préférer la vie deviendra un problème… un problème
Mais comment survivrai-je à tous ceux que j’aime ?
Eviter cette peur de partir en deuxième… en deuxième
Mais comment survivrai-je à tous ceux que j’aime ?
Quand préférer la vie deviendra un problème… un problème